Créer un flux RSS de vos recherches sur Twitter

For hashtag search: http://search.twitter.com/search.atom?q=%23HASHTAG
For user mention search: http://search.twitter.com/search.atom?q=%40USERNAME
For keyword search: http://search.twitter.com/search.atom?q=KEYWORD1+KEYWORD2
For more flexibility, you can encode your search phrase using this tool and use the search string to create a feed URL.
It only becomes really tricky when you attempt to create a feed for a location-based search to monitor local mentions. Here’s another very detailed instruction on how to create location-based search feeds for Twitter:
  1. Use this tool to find the geocode for the location;
  2. Include the numbers you get in the URL of the Twitter feed URL,
  3. Add XXkm or XXmi at the end to limit the search to users within XXkm or XXmi of your location, example: http://search.twitter.com/search.atom?geocode=51.5001524%2C-6.2674937%2C30km

Read more: http://www.searchenginepeople.com/blog/twitter-search-rss.html#ixzz35jr1KCrD

Source : SearchEnginePeople.com

 

Qui utilise Tumblr ?

In June 2011, Tumblr surpassed more established blogging site WordPress in number of blogs hosted, according to Mashable, and as of September 2011, the site reports hosting more than 29 million blogs. Slightly more than 57 percent of Tumblr users were under the age of 34 as of May 2011, according to Nielsen. Additionally, 25.2% of users were between 35 and 49, and 17.5% were at least 50 years old. Females made up a larger percentage of visitors (53.5%) to the site than males.

 

En Français :
En Juin 2011, Tumblr avait dépassé le grand frère WordPress en nombre de blogs hébergés, selon Mashable et, en septembre 2011, le site annonce qu’il héberge plus de 29 millions de blogs. En mai 2011 (étude de Nielsen), à peine plus de 57% des utilisateurs de Tumblr avaient moins de 34 ans. 25,2% des utilisateurs avaient entre 35 et 49 ans et 17,5% avaient 50 ans ou plus. Les femmes sont un peu plus nombreuses parmi les visiteurs (53,5%) que les hommes.

Source : Social-Media-Optimization.com

 

Le régime de responsabilité pénale de l’animateur d’un forum de discussion

 La responsabilité pénale du directeur ou du codirecteur de la publication n’est engagée que s’il avait connaissance du message avant sa mise en ligne ou si, dès qu’il en a eu connaissance, il n’a pas agi promptement pour le retirer.
Quant à l’auteur du message, il n’est pas toujours identifiable.
Seule demeure alors envisageable la responsabilité pénale du créateur ou de l’animateur du site en qualité de « producteur », à raison du contenu de messages dont il n’est pas l’auteur et qui n’ont fait l’objet d’aucune fixation préalable.
Le Conseil Constitutionnel juge ce régime de responsabilité conforme à la Constitution en émettant une réserve importante : les dispositions contestées ne sauraient instaurer une présomption irréfragable de responsabilité pénale. Le prévenu doit donc être en mesure de combattre cette présomption en rapportant la preuve contraire. Le principe de présomption d’innocence le commande.
Ainsi le créateur ou l’animateur d’un forum de discussion ne peut engager sa responsabilité pénale en qualité de producteur à raison du seul contenu d’un message dont il n’avait pas connaissance avant la mise en ligne.

Source : Commentaire d’une décision du Conseil Constitutionnel sur le Village de la Justice

 

Les fans de marque sur Facebook

 En 2011, la moyenne d’âge du fan français est de 36 ans et sa relation entre la marque et lui ne semble plus aussi idyllique qu’avant. L’étude apporte ainsi des enseignements sur la façon dont les marques doivent structurer leur discours auprès de leurs fans. Pour preuve, malgré le grand nombre de programmes lancés, cinq marques par fans sont suivies en moyenne, un chiffre qui n’a pas augmenté depuis l’année dernière. De plus, 52% des français se sont déjà désabonnés d’une page (+17pts). Si le premier réflexe consiste très souvent à vouloir accumuler le plus de fans, faut-il encore savoir comment interagir avec eux ? La course au « liker » ne semble plus être l’enjeu : l’engagement de l’internaute est nécessaire pour qu’il puisse continuer à être exposé aux messages des marques sur Facebook.

Source : CB Newsletter du 19/09/11

Etude Deloitte : State of Media Democracy

Deloitte Research propose la cinquième édition du State of Media Democracy. Celui-ci concerne désormais 6 pays : Brésil, Etats-Unis, Canada, France, Allemagne et Japon. Ce sont 14 063 hommes et femmes entre 14 et 75 ans qui ont été interrogés au quatrième trimestre 2010.

Qu’apprend-t-on ?

– La télévision reste le média favori des femmes sauf au Brésil où Internet prend la tête, suivi de peu par la France.

– Les femmes sont multitâches (on le savait, hein chéri) aussi dans leur consommation des médias : elles ont tendance à consommer un autre média tout en regardant la télévision.

– La presse écrite demeure leur principale source d’information même si elle perd du terrain en France et au Brésil. Les Françaises et les Brésiliennes se tournent peu à peu vers la presse en ligne.

– Les Brésiliennes sont les plus actives sur Internet et celles qui participent le plus. Avec les Françaises, elles plébiscitent les fonctionnalités du Web pour communiquer avec leurs amis.

– Les femmes sont plus actives sur les réseaux sociaux que les hommes. Les Brésiliennes sont ici aussi les championnes de l’interaction.

– Le meilleur compagnon des femmes ? Pas le chien mais le mobile, notamment pour les Japonaises. Elles affectionnent davantage les sms et les services associés que l’Internet mobile.

– Seules les Américaines et les Françaises considèrent que leur smartphone remplace leur ordinateur quand elles sont en déplacement. Les hommes sont semble-t-il davantage accoutumés à cette gymnastique.

– En matière d’e-commerce, les Brésiliennes sont les plus sensibles aux commentaires et recommandations en ligne, les considérant majoritairement comme un facteur décisif dans l’acte d’achat.

– Quand les hommes ont tendance à décortiquer la technologie, les femmes restent plus sensibles à l’esthétique (exception faite des Américaines).

Source : Deloitte/Petit Web